Stéphane Brisset

Maître de conférences — Habilité à diriger des recherches

Activités d’enseignement

De juin 1996 à août 2001, mes enseignements portaient sur l’électricité, l’analyse de circuits et les machines électriques aux élèves ingénieurs de l’école des Hautes Etudes Industrielles. Il s’agit d’une formation d’ingénieur généraliste comportant des cours de tronc commun et des cours de spécialité. Une promotion se composait de 240 élèves dont 48 en spécialité Génie Electrique (GE). J’avais la responsabilité d’animer la commission pédagogique de la spécialité GE.

 

La plupart des enseignements sont supportés par des ressources nombreuses dans la littérature pédagogique. D’autres s’appuient sur un savoir-faire et une expérience personnelle en lien avec les activités de recherche. C’est le cas de l’enseignement de modélisation numérique destinés aux élèves en dernière année de la spécialité GE. Un article sur cet enseignement a été publié dans la revue 3EI.

 

Une part importante de mon temps était consacrée à l’encadrement des travaux d’études recherches (TER). Un TER est un mémoire de fin d’études à HEI qui dure 12 semaines durant lesquelles les élèves ingénieurs réalisent des recherches et études pour des industriels ou des laboratoires universitaires. En cinq années, j’ai encadré 14 TER sur des sujets en relation avec mes activités de recherche. Nombre d’entres-eux étaient en support à des collaborations industrielles qui sont décrites dans les pages suivantes.

 

En septembre 2001, j’ai été nommé Maître de Conférences à l’Ecole Centrale de Lille. Mes enseignements sont l’électricité industrielle, l’électronique de puissance, l’électrotechnique, les probabilités et l’analyse numérique en tronc commun. J’ai été responsable des TP d’électricité industrielle.

 

L’activité projet à Centrale Lille forme les élèves à la réalisation et au management de projets techniques. En tant que directeur scientifique, j’ai encadré plusieurs projets en relations avec mes activités de recherche comme par exemple un moteur roue pour vélo électrique et la motorisation d’un drone captif.

En 2003, la formation « Ingénieur Manager Entrepreneur » a débuté et j’ai participé à l’élaboration des programmes de génie électrique. J’assure un enseignement intitulé « équipements électriques » en 1ère année avec mes collègues et j’en suis le responsable.

 

La création du master recherche E2D2 en 2004 a été l’occasion de créer des enseignements correspondants à mes thèmes de recherche. Ainsi, je fais en deuxième année des cours d’optimisation et d’écoconception communs avec la 3ème année de l’option génie électrique de Centrale Lille. Un module optionnel propose la construction des modèles analytique et éléments finis d’un transformateur puis son optimisation avec la méthode SQP et les plans d’expériences.

 

La dernière année de l’Ecole Centrale de Lille comporte une option disciplinaire (450 heures), une filière orientée vers un métier (160 heures), un projet de fin d’étude (150 heures) et quelques enseignements transversaux. Depuis 2006, je suis responsable de la filière « conception de produits et systèmes innovants ». Cette filière a pour objectif de préparer les élèves aux métiers liés à la conception de produits innovants en fournissant outils et méthodologies pour la conception et son organisation. La mise en œuvre de ces outils est illustrée au travers d’études de cas pluridisciplinaires.

 

La réforme du tronc commun de Centrale Lille a été mise en place cette année. A cette occasion, nous avons expérimenté un mode d’apprentissage par problème (APP) pour l’enseignement de l’électricité. La construction de cet APP a conduit à de nombreux débats tant sur le contenu que la forme entre les 8 intervenants. A l’issue de la première année, le bilan est positif avec un taux de succès comparable à un enseignement classique. Nous avons déjà listé les actions à mener pour améliorer l’APP l’année prochaine. Je suis le responsable de cet enseignement.